Running pour débutants : la course lente pour mieux progresser

Vous voulez vous mettre ou vous remettre à courir ? Il faut suivre un bon programme pour être le plus performant possible. Il n’y a pas de secret, il faut s’entrainer au quotidien pour travailler l’endurance en respectant votre rythme.Un bon programme doit reposer sur le fait d’alterner la marche et la course lente.Cette dernière est surtout importante pour ménager le corps tout en améliorant doucement mais sûrement votre performance.

La course lente, de quoi parle-t-on ?

Également appelée l’endurance fondamentale, c’est la base même pour progresser efficacement en course à pied débutant. En effet, cela peut paraître paradoxal mais courir vite lorsqu’on s’initie au running n’est pas du tout productif. Par contre, courir à faible allure permet de bien progresser et d’optimiser l’endurance sur le long terme. La course lente est une allure de jogging où le sportif reste en totale aisance respiratoire en utilisant la filière aérobie dans le but de générer de l’énergie. Il s’agit d’une allure qui limite la production d’acide lactique et vous évite donc d’être fatigué trop vite.

Comment ça marche ?

Vous rêvez de faire du trail running comme un pro ? Il faut commencer par le commencement. Autrement dit, il y a des étapes à suivre pour atteindre votre objectif. Un bon programme de course à pieds est constitué d’un peu de marche et beaucoup d’endurance fondamentale. C’est le meilleur moyen de travailler votre performance. Commencez par marcher et augmentez progressivement l’allure jusqu’à ce qu’elle corresponde à celle de la course lente. L’ultime but est de pouvoir maintenir le rythme en continu pendant 30 à 45 minutes.

Le plan est à suivre pendant 8 à 12 semaines selon les individus. Au début, malgré la faible allure, vous pourrez quand même être essoufflé au bout que quelques minutes et c’est normal. Dès que cela arrive, ne vous forcez pas à continuer de courir même si c’est lent. À la place, marchez à nouveau jusqu’à ce vous retrouviez votre souffle pour pouvoir courir à nouveau. Au fil des jours, les périodes de marches seront réduites. Vous saurez que vous avez réussi lorsque vous serez dans la capacité de faire l’intégralité d’une séance avec de l’endurance fondamentale.

Les avantages de la course lente

Vous savez que vous courrez à la bonne allure quand vous êtes en aisance respiratoire et pouvez parler sans difficulté en courant. Cette technique apporte de nombreux avantages pour les coureurs en herbes. Elle favorise l’oxygénation des muscles permet ainsi d’avoir beaucoup d’énergies. Ce type d’allure de course fait utiliser les lipides comme carburant. Ainsi, les réserves de glycogène seront mieux conservées et l’endurance est considérablement améliorer. D’ailleurs, c’est très efficace pour éviter le mur du marathon.

Par ailleurs, la course lente favorise la production de globules rouges pour plus d’oxygène. Durant le running lent, la fréquence cardiaque diminue puisque la cavité et le débit du cœur sont élevés, ce qui permet de courir vite lors des marathons. En un mot, l’endurance fondamentale est indispensable si vous voulez devenir un coureur efficace.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *